Bernard Zinck

Biographie

Après avoir obtenu très tôt deux premiers prix de violon et de musique de chambre au C.N.S.M. de Paris, Bernard Zinck sent le besoin d'approfondir sa réflexion musicale. Grâce au soutien de la Fondation Fulbright, il entre à la Juilliard School of Music de New York. La vision humaniste de cette école, où tous les arts se côtoient et s'enrichissent mutuellement, correspond à sa propre quête. Le métissage des cultures, la dynamique créatrice de Manhattan représentent un environnement favorable à son épanouissement. Sa décision est prise: les Etats-Unis deviendront sa patrie d'adoption.Sa solide formation académique parachevée par un doctorat brillamment obtenu à l’Université Temple de Philadelphie lui permet d’enchaîner les postes de chef du Département des Cordes aux universités du Nouveau-Mexique et de Wisconsin–Milwaukee. Il enseigne aussi actuellement à la Merit of Music de Chicago. Sa thèse de doctorat sur le Chevalier de Saint-George et sa technique violonistique fait de lui un spécialiste de l’École Française de Violon du XVIIIème siècle.

Par ailleurs, le prix 1992 de la Fondation Menuhin l'introduit sur la scène musicale. Soliste et musicien de chambre, il joue dans les salles parisiennes comme le Châtelet et l’Athénée Louis Jouvet, dans des festivals comme la Grange de Meslay, Radio-France Montpellier, Montmartre, Flâneries de Reims, Rencontres Musicales de Calenzana (France), Santa Fe, Bowdoin, Swannanoa (USA), Tuscia Operafestival, Szymanowsky en Sicile, Florence Estival (Italie), Brighton Arts (Angleterre), Zakopane (Pologne). Il est invité en soliste par les Orchestres Nationaux de Hongrie, de Bohême, de Roumanie, l’Orchestre National de la Garde Républicaine, l'Orchestre Symphonique de Tours, le New Mexico Symphony Orchestra (USA), les orchestres de Porto Alegre, Unisinos, Caxias et Camargo Guarnieri au Brésil. Reconnu par la presse internationale comme l'interprète idéal de la musique impressionniste après son enregistrement très remarqué de l'intégrale pour violon-piano de Szymanowski, il refuse néanmoins toute spécialisation et aborde avec un égal bonheur tous les répertoires de Corelli à Coleridge-Taylor Perkinson, troquant allégrement son Jean-Baptiste Rogeri de 1690 pour un violon baroque.

Si Bernard Zinck s'est fait applaudir sur des scènes prestigieuses comme le Carnegie Recital Hall de New York, le Centre Culturel et la cathédrale St James de Chicago, l'Oji Hall de Tokyo, l'Académie Franz Liszt de Budapest, la Basilique San Clemente de Rome, ou le Mozarteum de Salzbourg, il se rend également dans des pays éloignés des feux de la rampe: la Corée, le Brésil, Haïti ou le Mexique par exemple. A Séoul, Chihuahua ou à Porto Alegre, la ferveur du public fait de chaque concert un moment de grâce, une expérience spirituelle. Résidant à Chicago, Bernard Zinck se produit régulièrement dans les nombreuses salles de concert de cette ville (la cathédrale Saint-James, Columbia College, le Centre Culturel, le Studio One de WFMT, l’Auditorium de l’Alliance Française). Son concert dans le cadre de Rush Hour Summer 2008 fait parti d'un documentaire présenté sur la chaîne national américaine NBC, dans l'émission Nightly News with Brian Williams.

Bernard Zinck ne cherche ni à démontrer gratuitement son éblouissante virtuosité, ni à épancher complaisamment sa sensibilité. "Authenticité", "justesse impeccable hors du commun", ces qualités majeures relevées par le Strad Magazine ou la presse de Santa Fé vont de pair avec une sonorité ronde et chaude – Pierre Petit parlait de "violon solaire" - des aigus d'une pureté bouleversante, des graves poignants comme un alto. Subtil, élégant, son jeu n'en est pas moins chatoyant, passant du lyrisme le plus fougueux à la rêverie quasi méditative, la confidence la plus intime.

L'objectif de partage, inlassablement poursuivi par Yehudi Menuhin, inspire l'action pédagogique de Bernard Zinck, particulièrement ses Master Classes en Europe, en Amérique du Nord, Amérique Latine et Caraïbes, en Asie, de même que le projet de porter la musique dans les maisons de retraite de Milwaukee. Les étudiants peuvent ainsi développer leur potentiel artistique et humain. Dans la lignée de ses maîtres, Gérard Poulet, Maïa Glezarova, Tibor Varga, et Joseph Fuchs, Bernard Zinck a su trouver l'accord parfait entre sa carrière de concertiste et son métier de pédagogue: Il peut ainsi vivre son art pleinement, passionnément.

Parrainé par la Fondation Wanda Bass, Bernard Zinck joue sur un violon J.B. Rogeri de 1690.